You are here
Home > Essais > Essai Fiat 500X : elle n’a pas que du style

Essai Fiat 500X : elle n’a pas que du style

Fiat 500x

Avec son style de baroudeur néo-rétro, la Fiat 500X a de quoi se distinguer sur le segment des crossovers compacts. Dynamique et bien finie, elle peut aussi s’équiper de quatre roues motrices pour prendre la clé des champs.  

Après la mini-citadine 500 et la familiale 500L, voici la déclinaison crossover baptisée 500X. Un X pour symboliser l’aventure et une silhouette musclée, haute sur pattes, pour s’imposer face à ses rivales, les Peugeot 2008, Renault Captur, Opel Mokka, Mini Countryman et autre Nissan Juke. Basée sur la même plateforme que sa cousine la Jeep Renegade, la 500X mise sur un style à l’opposé : néo-rétro avec des rondeurs et des chromes à gogo. Et personnalisable grâce au programme signé Mopar, le partenaire de Fiat, qui a prévu une centaine d’accessoires (jantes, coques de rétro, stickers, inserts décoratifs…) pour sublimer sa 500X et surtout pour augmenter les marges. Le marketing Fiat y voit là un « italian way of life » susceptible de booster l’image de marque et attirer une clientèle plus chic.

Un peu plus longue que ses rivales directes (4,25 m), cette italienne reprend peu ou proue les dimensions des berlines compactes du marché, une manière sans doute d’occuper le terrain laissé vacant par une Bravo confidentielle et en fin de carrière. Pour autant, l’habitabilité aux places arrière et le volume de chargement (350 l) n’ont rien de très « familial ». L’ambiance n’en demeure pas moins agréable aux places avant, où l’on retrouve l’esprit jouet de la 500 avec une touche de sportivité en plus. On notera aussi un certain embourgeoisement à l’intérieur avec des matériaux et une finition en progrès par rapport à la 500L notamment, de quoi accréditer la montée en gamme de Fiat. L’ergonomie au volant fait aussi bonne impression avec trois compteurs ronds, un gros volant multifonctions et des commandes modernes tels que le frein de parking automatique, un système de démarrage sans clé ou la molette de réglages « Drive Mood Selector » permettant de choisir différents modes de conduite (Auto, Sport, All Weather ou Traction sur les modèles baroudeurs). Ce programme agit sur le moteur, les freins, la direction et la boîte de vitesses pour s’adapter à « l’humeur du conducteur ».

Des technos et des watts

Bien implanté en hauteur, l’écran tactile intègre le système multimédias Uconnect Radio LIVE « 5 » ou RadioNav LIVE « 6,5 ». Le premier utilise un système TomTom 2.5D en option avec commandes vocales. Le second utilise des cartes 3D sur un écran 6,5 pouces et comporte une fonction avancée de la reconnaissance vocale dite « One Shot Voice Destination Entry », pour lancer facilement une nouvelle destination. Il est possible également d’utiliser de nombreuses applications connectées (Facebook, Twitter, Deezer, Tune-In) mais aussi de recevoir des alertes en temps réel (météo, trafic, zones de danger…) grâce aux services TomTom Live. La Fiat 500X propose également un programme d’éco-conduite eco:DriveTM qui permet d’économiser jusqu’à 16 % de carburant et de réduire d’autant les émissions de C02. Tandis qu’un manuel utilisateur interactif my:CarTM a été conçu pour faciliter l’entretien et la gestion des urgences. Cerise sur le gâteau, la 500X peut s’équiper en option de l’installation BeatsAudio TM, développée en collaboration avec Beats by Dr. Dre. Un système hi-fi de pointe d’une puissance totale de 560 watts avec amplificateur numérique à 8 canaux et algorythme d’equalizer avancé. De quoi recréer les conditions sonores d’un studio d’enregistrement.

Un châssis dynamique

Sur la route, la 500X privilégie clairement le dynamisme, avec un châssis ferme et un comportement précis. Si le confort d’amortissement laisse à désirer à basse vitesse sur mauvais revêtement, le plaisir de conduite est au rendez-vous dès que le rythme s’accélère, notamment dans les virages où l’auto vire à plat. La suspension arrière de type MacPherson et le train avant mordant assurent une belle agilité. Les conducteurs exigeants ne seront pas déçus. Côté hors-piste, la 500X ne fait pas semblant d’être baroudeuse puisqu’elle propose deux formules au choix : Traction Plus (4×2) pour une motricité avant renforcée, ou intégrale (4×4) issue du cousinage avec la Jeep Renagade, de quoi assurer de vraies aptitudes en tout-terrain. A noter que cette transmission est déconnectable au niveau de l’essieu arrière afin d’évoluer sur deux roues motrices en temps normal. Dès que les conditions d’adhérence se dégradent, les quatre roues s’enclenchent automatiquement, et la gestion électronique répartit le couple instantanément entre l’avant et l’arrière en fonction des besoins.

Une boîte à neuf rapports

Sous le capot, la 500X s’offre des motorisations à la hauteur de ses qualités routières. En diesel, le 1.6 Multijet de 120 ch (320 Nm de couple à 1750 tr/min) ne manque pas de souffle malgré les plus d’1,3 t de l’auto, avec un 0 à 100 km/h exécuté en 10,5 secondes. Il est bien accompagné par une boîte manuelle à 6 rapports, assez sportive et agréable à manier. Dommage que le volume sonore soit si élevé et que les vibrations envahissent l’habitacle. Le bilan consommation/émissions de CO2 annoncé (4,1 l aux 100 km et 109 g/km de CO2) se situe dans la moyenne, sans plus par rapport à la concurrence. A peine plus performant, le plus gros 2.0 Multijet de 140 ch a l’avantage d’être disponible avec une boîte automatique à 9 rapports avec mode manuel séquentiel, mais uniquement en version 4×4. Très réactive grâce à une bonne gestion électronique, celle-ci assure de bonnes reprises et une puissance constante, mais ne fait pas de miracle sur la consommation, autour de 9 litres durant notre essai (4,9 l aux 100 km et 144 g/km de CO2 annoncés). Là encore, le niveau sonore élevé et la rugosité du moteur ne sont pas à citer en exemple. Heureusement, cette boîte auto devrait être proposée sur la version essence 1.4 Turbo MultiAir de 140 ch, sans doute bien plus discrète. A vérifier.

Une large gamme

Vendue entre 15 990 € et 30 490 € selon les versions, la 500X couvre un vaste territoire de marché. Le niveau d’équipements se montre plutôt généreux dès les premiers niveaux de finition : la version Pop a droit à 6 airbags, un régulateur-limiteur de vitesse, un volant cuir multifonctions, la climatisation, le système multimédias Uconnect « 5 pouces », des feux avant diurne et des projecteurs antibrouillard adaptatifs. Au sommet de la gamme, on reconnaît les versions Cross et Cross + (avec ou sans les 4 roues motrices) à leurs boucliers plus épais, dotés de protections pour améliorer les angles de franchissement. Quant à la série limitée « Opening Edition » (2000 exemplaires pour le lancement), elle adopte un look encore plus aguicheur avec des barres de toit, des vitres arrière surteintées, des jantes de 18 pouces, une peinture gris Arte spécifique et un badge « Opening Edition » exclusif. Elle fait aussi le plein d’équipements de série avec son « Pack Confort » (accoudoir avant et sièges réglables électriques) et son « Pack Safety » riche en aides à la conduite (système anticollision, témoins d’angles morts, alerte de franchissement de ligne, caméra arrière de recul…). Sans doute le meilleur rapport prix/équipements dans la gamme.

Caractéristiques : Fiat 500X 1.6 Multijet II
Moteur : 1598 cm3
Puissance/couple : 120 ch et 320 Nm à 1500 tr/min
Consommation mixte: 4,1 l aux 100 km
Emissions de CO2 : 109 g/km
Vitesse maxi : 186 km/h
Poids à vide (kg) : 1320 kg
Volume de coffre : 350 l
L x l x H : 4248 x  1796 x 1600

Tarifs : à partir de 20 590 € (Pop)

Laisser un commentaire

Top